Carnet de route

TENERIFE 2014

Le 26/05/2014 par WALDY Paul

 TENERIFE 2014 : 26/04/2014 au 10/05/2014

 

Pour la 4ème fois, notre cher président et ami Paul Waldy organise un séjour à Tenerife,  destination qui trouve un intérêt grandissant. C’est en effet une troupe forte de 20 Cafistes ( Sylvia et Paul , Eliane et Gérard, Catherine et Dominique, Elisabeth et Luc, Elisabeth….II, Danièle, Gabrielle et Jean, Claire et Bernard, Diane et Jean Marc, Nicole, Françoise, Bernard  et James ) qui décollent de Bâle samedi pour atterrir quelques heures plus tard sous un soleil radieux sur une île volcanique au large du Maroc dans l’archipel des Canaries : Tenerife. Nous sommes dans le paradis du randonneur et du botaniste (2000 espèces végétales dont 514 endémiques, rassurez vous, je ne vais pas les énumérer toutes).  Le  Teïde, surplombant cette île du haut de ses 3718m, alimentera nos rêves pendant 2 jours, l’ascension étant prévue le mercredi.

Repos dominical le lendemain avec visite du fabuleux jardin botanique. On ne se lasse pas d’admirer ces innombrables fleurs et arbres  et  d’écouter les explications  de notre botaniste Luc.

Après une dégustation de produits locaux  (tapas, poissons et crustacés)  à San Andres, nos deux naïades Diane et Elisabeth  II  s’aventurent dans les eaux de l’Atlantique. Quant aux autres, ils flânent sur cette  plage artificielle de sable jaune en provenance du Sahara.

Circuit du Parador à Vilaflor

Les choses sérieuses commencent lundi

Le bus nous dépose dans la caldeira du Teïde, près du Parador National. Après avoir longé les remparts de la caldeira, le groupe se sépare. Pour les uns ce sera la montée au col suivi de l’ascension du Guajara, 2718 m, point culminant des remparts. La vue sur la caldeira est grandiose avec ses coulées de lave aux couleurs multiples, témoins des éruptions successives. En face de nous, fier et majestueux, l’auteur de toute cette féerie : El Teïde. La longue descente vers Vilaflor, sous un soleil brûlant, nous fera découvrir ce site volcanique minéral avec ses paysages lunaires auquel succède une pinède avec les fameux pins des Canaries à 3 aiguilles, un arbre endémique (pinus canariensis). Nous admirons aussi la célèbre fleur de l’île, elle aussi  endémique, le tajinaste rouge (echium wildpretii) pouvant  atteindre 3m de haut et subir des températures de -15°C. Une bière fraîche nous attend à Vilaflor. Elle est promise par notre guide Paul si le RDV avec le bus était respecté. Et c’est une équipe remotivée qui dévale la montagne. Adieu les pins des Canaries, adieu les tajinaste. L’objectif est autre. Pari gagné par la troupe. Merci chef pour la bière. Le deuxième groupe avec Gabrielle, Eliane et James traversera la caldeira en longeant les remparts.

Circuit de Taborno à Taganana

La journée de mardi nous emmène dans le nord de l’île. Départ de Taborno, sis sur un promontoire, dans la bruine et le vent. Dès les premiers pas, le temps change et c’est sous un soleil voilé que nous attaquons un sentier de crête avant de plonger vers la mer en suivant une belle gorge. Le retour se fera par un sentier côtier avec des vues époustouflantes sur cette côte sauvage à la végétation luxuriante balayée par les vagues. Agaves, euphorbes candélabre, autres euphorbes, plantes et buissons inconnus longent ce circuit. Arrivée à Taganana.

Mercredi-jeudi : ascension du Teide, point culminant de l’Espagne.

Le rêve devient réalité. Nous partons de la caldeira vers le refuge en début d’AM.

La montée débute doucement en empruntant une piste qui longe les gigantesques boules du Teide (5m de diamètre pour certaines),  crachées par le volcan dans sa furie. Une belle palette aux couleurs chatoyantes et variées s’offre à nos yeux, allant du sable jaune, orangé, ocre au brun des champs de lave. Une pente raide nous amènera au refuge Altavista à 3200m. Diner frugal tiré du sac. Merci à notre ami Bernard qui n’a pas oublié le somnifère pour la nuit, aromatisé à la mirabelle de Metz. La majorité ayant décrété que le bouchon doseur était petit et que la dose serait inefficace, une deuxième dose fut distribuée. Merci Bernard. Départ matinal le lendemain à 4h45 pour le sommet,  après une nuit pas très reposante. Nous traversons une coulée de lave, côtoyons les derniers névés, attaquons la dernière pente pour admirer le lever du soleil.

 

               Voir photo L’ombre du Teide vue de son sommet

 

Deux heures plus tard, assis au milieu des fumerolles et des odeurs de soufre, nous goûtons à ce plaisir unique, emmitouflés dans nos polaires. La matinée est fraîche mais le soleil nous réchauffera rapidement. Le retour se fera par le même chemin.

Circuit Los organos

Vendredi, nous empruntons, après une belle montée dans une pinède, un superbe sentier balcon sur les hauteurs de Puerto de la Cruz au lieu dit Los Organos. Nous admirons ces monolithes dressés à flanc de montagne. Le sentier chemine le long des vipérines arbustives à fleurs bleues, joubarbes, saxifrages, cistes. Le pin des Canaries paré de superbes lichens suspendus à ses branches est omniprésent.

En soirée, pot d’adieu pour les partants de la première semaine. La soirée est animée par une charmante chanteuse et ce sont des Cafistes, visiblement pas très fatigués, qui se déchainent sur la piste. Le quartier libre du lendemain le permet.

Au vue de notre condition physique lors de la soirée, notre chef Paul nous précise le programme chargé de la deuxième semaine

Samedi, Paul accompagne les partants (Gabriel et Jean, Elisabeth, Elisabeth II, Françoise) à l’aéroport après un dernier petit repas de tapas à Puerto de la Cruz et accueille les nouveaux arrivants (Fabienne, Catherine et Max). Quartier libre ce jour pour le groupe restant : farniente, piscine, courses, lessive, les divertissements sont multiples.

Dimanche : De Buenavista à Masca :

Nous démarrons dans le lit d’un torrent asséché au milieu des blocs, grimpons un raidillon avant d’atteindre le village de Teno Alto en passant par des chaumes dignes des Vosges. La télé locale nous accueille dans un petit café et Paul, maitrisant la langue de la péninsule ibérique, se charge de présenter le groupe. Dégustation et achat de fromage de chèvre. Après le reportage, nous empruntons un sentier de crête dans un décor fleuri (vipérines arbustives à fleurs blanches, joubarbes en fleurs, figuiers de Barbarie en fleurs et fruits, genêts aux fleurs blanches) avec des vues plongeantes sur ce paysage torturé mais dans lequel se blottissent de petits villages colorés.

Circuit  de Chamorga au Faro de Anaga en passant par El Draguillo

Lundi nous partons de Chamorga dans l’extrémité NE de l’île. Un joli petit sentier à travers forêt nous emmène vers un col. De là, nous entamons une descente raide vers le hameau El draguillo surplombant la mer, entouré de terrasses, certaines cultivées de vignes, la majorité  abandonnées, oubliées par notre civilisation. Après une pause sous un superbe dragonnier, autre arbre endémique de l’archipel pouvant atteindre 2000 ans, nous partons par un sentier côtier vers le phare à l’extrémité NE de l’île. Les agaves, dragonniers, figuiers de barbarie géants et les vues sur cette côte nord et ses îlots réjouissent nos yeux. Retour à Chamorga en passant près des tajinaste  blancs en fleurs, jumeaux  des rouges.

Gorges de Masca

La journée de Masca sera une journée de descente.  Nous descendons dans le lit du torrent asséché, contournons les énormes blocs polis par le torrent, enjambons de petits filets d’eau, croisons des cascades, sillonnons au milieu du labyrinthe formé par les roseaux. La gorge est impressionnante avec ses parois verticales déchiquetées, sa hauteur de plusieurs centaines de mètres et son étroitesse à l’approche de la mer.

 

               Voir photo Gorges de Masca

 

Arrivés à celle-ci, certains profitent de cette eau limpide avant de mériter un bon casse-croute. Retour en bateau à Los Gigantes, où nous attend une autre descente, bien méritée…..

Ballade à Malpaís de Guimar

Mercredi, cette journée sera une journée instructive et se traduira par une petite ballade le long de la mer dans la réserve de Malpaís. Nous partons à la découverte des fleurs, buissons et arbustes, essentiellement euphorbes, euphorbes des Canaries (euphorbia canariensis) et Balo . Ces plantes ont  trouvé refuge dans ce milieu marin, au milieu des champs de lave et de sable. Le volcan, Montana Grande (276 m de haut avec un cratère de 300 m de diamètre),  à l’origine de ces coulées qui arrivent à la mer,  surplombe à peine plus loin.

 

               Voir photo Une des beautés du Malpais

 

Ascension du pico Viejo

Jeudi, nous retrouvons le décor du Teïde. Mais aujourd’hui nous ferons l’ascension de son frère ainé : le Pico Viejo. Le chemin passe rapidement dans une pinède avant de traverser un désert de sable noir, de grimper dans une langue de lave. Et c’est, avec surprise, que nous découvrons devant nos yeux,  l’énorme cratère du vieux volcan avec ses couleurs multicolores et, en toile de fond, son petit frère qui le domine.

 

               Voir photos L’imposant cratère du Pico Viejo et Vue vers son petit frère le Teide

 

Il nous impressionne autant par son diamètre de 800m que par son à-pic de 200m. La descente se fera par un autre sentier. Nous contournons une bouche volcanique dans la poussière de sable noir pour terminer notre course en passant dans un champ de lave.

D'Aguamansa à Arafo en passant par la Cumbre dorsal

Vendredi, pour finir ce voyage réussi, nous allons emprunter le sentier des pèlerins qui traverse l’île dans sa partie étroite d’ouest en est. Ce sentier en lacet, au départ du parking de Los Organos, monte  dans une pinède, passe un col au milieu de champs de genêts, le genêt du Teide à fleurs blanches, une autre fleur spectaculaire des Canaries. Il replonge vers la mer en passant près d’un cratère couvert de sable noir, pour finir en contrebas dans une châtaigneraie aux feuilles d’un vert tendre. Arrivée à Arafo.

Vendredi  soir, pot d’adieu pour tous et soirée dansante. Non, ils ne sont pas encore fatigués….Sacrés cafistes. Mais notre chef n’avait pas prévu la troisième semaine…..

Nous aurons fait 8 000m de dénivelée positive et 10 000m de négative.

 

Merci à Paul pour l’organisation sans faille de ce voyage, sa disponibilité, son rôle de guide tout au long de ces 2 semaines.

Merci à Sylvia qui l’épaule et le seconde

Merci à Luc pour ses explications botaniques et géologiques

Merci à tous les participants pour leur bonne humeur et la bonne ambiance créée au sein du groupe

Enfin merci au gruppetto de serre-fils (Françoise, Dominique et Gérard) qui m’a accompagné et relayé

 

                                                                                                   Bernard Diss

 

 







CLUB ALPIN FRANCAIS MULHOUSE
1 RUE DE THANN
68200  MULHOUSE
Permanences :
03 89 43 33 22
Agenda